fr it en
promouvoir l'œuvre de Itsuo Tsuda

Itsuo Tsuda

Né en 1914 dans une famille de samourais devenus, avec la modernisation Meiji, des capitainesd'industrie, il se révolte, à seize ans, contre la volonté de son père qui le destinait à devenir l'héritier de sa fortune. Refusant de suivre les voies toutes tracées pour lui, il quitte sa famille et se met à vagabonder à la recherche de la liberté de pensée.

En 1934, s'étant réconcilié avec son père, il décide de venir en France pour y faire des études. Il suivra l'enseignement de Marcel Granet, sinologue, et de Marcel Mauss, sociologue, jusqu'à la guerre et il évoquera en ces termes l'importance de cette formation pour son travail ultérieur en Europe :

« Ils m'ont appris, écrira-t-il à propos de ses maîtres, à dégager un fait dans des contextes inextricables, à mettre en doute les valeurs établies. »

En 1940, il est mobilisé et doit rentrer au Japon.

Après la guerre, tout en travaillant chez Air-France à Tokyo, son intérêt se porte sur les aspects culturels du Japon et il étudie en particulier la récitation du Nô auprès de Maître Hosada de l'ecole Kanze Kasetsu. Il expliquera dans Le Non-Faire :

« Le Japon, grâce à la distance qui le sépare du foyer européen, a su garder son autonomie culturelle. Appelons philosophie de l'action les bases qui sous-tendent ses traditions. L'essence de l'action, c'est la respiration, le souffle, le ki. »

C'est également dans les années d'après-guerre, vers trente ans, qu'Itsuo Tsuda commence l'apprentissage du seitaï avec Maître Noguchi, formation qui dure une vingtaine d'années. Il a quarante-cinq ans quand il rencontre Maître Ueshiba, le fondateur de l'Aïkido, dont il sera l'élève jusqu'à la mort de celui-ci en 1969.

Dans l'avant-propos du Non-faire Itsuo Tsuda raconte la suite :

« Depuis le jour où j'ai eu la révélation du « ki », du souffle (j'avais alors plus de quarante ans), le désir ne cessait de grandir en moi d'exprimer l'inexprimable, de communiquer l'incommunicable.

En 1970, à l'âge de cinquante-six ans, je quitte mon emploi salarié et me lance dans une aventure sans garantie ni promesse. Après avoir parcouru les Etats-Unis, j'arrive à Paris. »

A Paris, il commence à écrire, se passionne pour ce travail, et se met à diffuser ses manuscrits avec les moyens du bord ; puis un groupe de personnes, qui avaient déjà organisé une démonstration en sa faveur en 1969, l'invite à utiliser l'association qu'elles ont fondée, ce qui lui permet de mieux connaître le climat de l'Europe, et d'en tenir compte. En 1973 son premier livre Le Non-Faire est publié au Courrier du Livre.

La lecture de son calendrier de stages de 1983, dix ans plus tard, donne une idée de l'activité qu'il déployait pour initier les gens au Mouvement régénérateur et à la Pratique respiratoire de M e Ueshiba un peu partout en Europe. Cependant, pendant toutes ces années, M e Tsuda, décédé en 1984, a toujours considéré que l'essentiel de son travail était d'écrire.

Il a publié neuf livres en français : Le Non-Faire, La Voie du dépouillement, La Science du particulier, Un, Le Dialogue du silence, Le Triangle instable, Même si je ne pense pas, je suis, La Voie des dieux, Face à la science.